Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ma-librairie-virtuelle
  • ma-librairie-virtuelle
  • : parler de vos lectures, de mes lectures....
  • Contact

Rechercher

Archives

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 20:07

 

Une-bouteille-dans-la-mer-de-Gaza-copie-1.gif

 

Le film réalisé par Thierry Binisti, sur un scénario de Valérie Zenatti sort  le 8 Février prochain.

 

L'histoire
: Un nouvel attentat dans Jérusalem, et Tal Levine, 17 ans, craque. Elle aime sa ville, son pays, et en a marre de cette barbarie. Persuadée que du côté de Gaza, elle trouvera une jeune fille comme elle, croyant en une solution pacifique, elle glisse ses écrits dans une bouteille, qu'elle confie à son frère Eytan qui fait son service militaire à Gaza... 


A travers ses deux personnages principaux, l'auteure nous éclaire, et nous permet d'acquérir des connaissances, grâce aux références historiques données par chaque personnage, ainsi que leurs visions des évènements, sur un conflit qui dure depuis trop longtemps. Entre l'espoir (et la ténacité) de Tal, et les réponses (parfois non dénuées d'humour...) de Naïm, la différence entre ces deux êtres  va laisser peu à peu la place à un échange sensible car l'Histoire, vue d'un côté, comme de l'autre, ne tombe jamais dans le sordide, mais dans l'émotion, et l'explication.  En plus des échanges de mails entre ces deux "cybercopains", à intervalle régulier, des chapitres permettant d'en savoir plus sur les personnages, sont insérés dans l'histoire. Un focus intéressant, qui permet de comprendre ce qui se passe dans la tête de Tal, et de Naïm. J'ai retenu beaucoup de passages de ce livre... Mais celui de la promenade entre Tal et son père -page 149- est un de ceux qui m'a le plus touchée.


Citadelle de David

Citadelle de David

 

Avec en toile de fond un sujet douloureux, et épineux, Valérie Zenatti a écrit un roman explicatif, et touchant. Une nouvelle fois, l'auteure a réussi à m'entraîner dans "son" histoire, avec une fin surprenante, un peu triste, mais à l'image de son héroïne. 

 

une-bouteille-dans-la-mer-de-gaza-valerie-zenatti-978221107.gif

 

 

EDIT DU 25 FEVRIER : J'ai lu, et apprécié la lecture du livre il y a quelques semaines. Je suis donc allée voir le film. Quelques différences avec le livre, mais au final un film plein de fraîcheur, et d'espoir, à voir, que vous ayez, ou non, lu le roman de Valérie Zenatti. Une légère déception : J'attendais deux scènes bien précises du livre : la promenade entre Tal et son père dans Jérusalem, ainsi que la scène finale du roman... Les  modifications apportées à l'histoire ont fait que ces scènes ne pouvaient pas être dans le film. Cependant, la fin, elle, reste aussi émouvante que celle écrite dans le livre...

 

 

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

 

Repost 0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 15:05

 

  En-retard-pour-la-guerre.jpg

 

 

L'histoire (4ème de couverture) : Israël, janvier 1991. Une attaque de l'Irak à l'arme chimique est redoutée, la guerre du golfe est imminente. Constance Kahn, une jeune Française, a choisi de s'installer à Jérusalem pour écrire son mémoire sur Flavius Josèphe. Elle partage sa vie avec Nathanaël, un peintre révolté et imprévisible, travaille dans une boutique bio, a pour amie Tamar, étudiante comme elle en histoire antique, et sur le point d'accoucher. Dans quinze jours tout ce monde aura peut-être disparu. Lorsque les sirènes retentissent Constance maîtrise de moins en moins le chaos émotionnel qui l'envahit, mêlant les traumatismes du passé aux angoisses du présent.

 

J'ai découvert l'écriture de Valérie Zenatti il y a quelques mois avec Les âmes soeurs. J'avais beaucoup aimé l'histoire, du coup, j'ai souhaité poursuivre ma découverte littéraire de cette auteure avec ce titre. Chacun de nous sait que lorsqu'un évènement mondial se produit, notre mémoire sélective nous rappelle ce que nous faisions, ce que nous vivions, à ce moment précis. En lisant la quatrième de couverture, je me suis tout de suite replonger dans cette période avec le fameux ultimatum, et ce nom de code : "Tempête du désert". Dans la vie de Constance, le personnage principal de cette histoire, c'est aussi une tempête qui se déclenche avec ces jours comptés, ces alertes auxquelles il faut savoir faire face en se réfugiant dans des pièces hermétiques. Constance vit avec Nathanaël, un homme aussi violent sur le plan physique, que verbal, elle tente d'écrire son mémoire, et lorsque elle en a besoin, elle se réfugie chez sa meilleure amie, mais la maternité de celle-ci, réveille chez elle,  des blessures trop longtemps enfouies. L'histoire nous entraîne dans la vie la plus intime de l'héroïne, qui va se retrouver face à des souvenirs douloureux, avec cette angoisse qui monte de jours en jours, dans ce pays où tant de gens doivent se résoudre à voir leurs vies voler en éclats. Au final, une histoire prenante, entraînante, avec une brochette de personnages "secondaires" aussi attachants que l'héroïne ; car oui, la vie de Tamar, Herzl, Enrique, ou encore Anastassia, est aussi forte et intéressante à suivre que celle de Constance. Quant à la fin -je ne voudrais pas trop en dire- mais elle est à l'image d'une rencontre, d'une évidence, qui s'impose à la jeune femme. Une fin belle, et délicate, pour oser enfin renaître.

 

A noter, ce livre a fait l'objet d'une adaptation cinématographique sous le titre "Ultimatum".

Ultimatum-film.jpg

 

Clarabel en parle ici et Cathulu ici

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2011

 

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 07:00

 

  novecento-pianiste-alessandro-baricco-L-1.jpeg

 

 

L'histoire (4ème de couverture) : Novecento n'a jamais connu d'autre univers que la mer. Devenu pianiste sur ce bateau dont il ne descend jamais, il en devient un rouage et n'existe qu'à travers lui. Virtuose enflammant les "roaring Twenties", défiant Jelly Roll Morton "l'inventeur du jazz", Novecento restera lié à son navire pour l'éternité.

 

Le Club de lecture de notre médiathèque est donc à l'heure italienne, comme je l'indiquais ici, et nous avons donc  une bibliographie assez importante d'auteur(e)s à découvrir, car la liste d'ouvrages est foisonnante ! Et certaines des participantes sont persuasives pour nous donner envie de découvrir une oeuvre littéraire.

 

En attendant de pouvoir lire "Stabat Mater" (très convoité, car c'est le "pendant" d'"Eaux Lentes sur Venise"). J'ai découvert Novecento d'Alessandro Baricco. Ce livre n'est pas un roman, c'est un petit texte de théâtre, et je ne sais pas trop comment en parler... car c'est un texte très court, qui se lit d'une traite, tant on a envie de connaître le destin de ce personnage lunaire, abandonné sur ce bateau tout bébé, et qui va faire de ce navire sa maison, sans jamais oser en descendre et affronter le monde... Novecento est un personnage que l'on suit avec plaisir, son histoire est racontée par un musicien Tim Toooney, avec en arrière plan le son d'une musique, celle de l'océan, mais aussi celle de ce jazz, qui va donner lieu à une scène importante de l'histoire.  Un texte de théâtre qui donne envie de découvrir d'autres romans de cet auteur (l'une des participantes de notre club nous a notamment parlé de "Soie", et de mon côté j'avais déjà noté, "Sans Sang").

 

 

Ori en parle ici, Karine:) , et l'or des livres ici.

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 07:00

 

eauxlentessurvenise.jpg

 

 

Le Club de lecture de notre médiathèque, a opté cette année pour la littérature italienne. Je suis contente de me replonger dans des textes de cette littérature, après l'avoir découverte grâce à des titres comme celui-ci ou celui-là.

 

L'histoire : Sous la plume de Clemenzia et Leona,  la vie rythmée par la musique, de ces deux orphelines recueillies par la Piéta, une institution religieuse vénitienne au XVIIIème siècle.

 

Je me suis donc plongée dans l'histoire de Clemenzia et Leona, deux jeunes filles qui entre vies rangées, et sorties non autorisées, vont vivre chacune à leur façon, leur passion pour la musique, sous la protection d'un certain Vivaldi. Les passions vont naître, les sentiments se dévoiler...   Tandis qu'Adélaide, une de leurs soeurs d'orphelinat, choisira, elle, le mariage... ce qui suscitera la curiosité de ses amies  sur cette vie rangée.

 

Un petit livre qui nous fait découvrir l'envers du décor de la Venise religieuse et moraliste, où la vie vénitienne nocturne, peut être parfois aussi sombre, que les eaux de l'Acqua Alta...

 

Cette histoire est une mélodie, triste et joyeuse à la fois, dont j'ai beaucoup aimé la note finale.

 

l'avis d'Emeraude


Repost 0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 20:15

9782081204072.jpg

 

 

 

Ce livre emprunté à la médiathèque lors de notre dernière réunion du club de lecture semblait prometteur -et l'est sûrement- malheureusement, je n'ai pu lire que la première nouvelle... J'avais apprécié l'écriture de Simonetta Greggio lors de ma découverte de son  livre Etoiles. J'ai dévoré la première nouvelle, mais pas assez vite pour pouvoir continuer à découvrir l'écriture nostalgique de l'auteure. Cette première nouvelle, intitulée Acquascura nous emmène à la rencontre d'un couple dont les habitudes rongent leur vie sans que ni l'un ni l'autre ne fassent un pas pour changer quoi que ce soit à cette situation. L'histoire de Tsvi et Chiara commence comme des vacances :  le soleil, la mer...et se finit dans un drame.  Mais lequel ? à lire si vous voulez le savoir...

 

 

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 07:05

9782234064225.jpg

Emoticons-plus.com - 5116-copie-1

 

 

Les billets de  Fransoaz et de  Cécile étaient élogieux, alors, comme j'avais déjà apprécié l'écriture d'Amanda Sthers lors de la lecture de son premier récit : Ma place sur la photo, j'ai noté ce livre sur ma LAL, et lorsque j'ai eu l'opportunité de proposer ce livre en achat à la Médiathèque, je ne m'en suis pas privée. Ma proposition ayant été retenue, j'ai eu la chance de pouvoir le lire en priorité. Une lecture bouleversante.

 

L'histoire : La famille Rosenmerck : Le père Harry, la mère Monique, la fille Annabelle et le fils David, échangent des mails, des lettres... Harry ne parle plus (et n'écrit pas) à son fils depuis qu'il a découvert l'homosexualité de celui-ci, Monique tente de parler avec sa fille en cachant (maladroitement) sa préférence pour son fils, écrit à  Harry son ex-mari pour lui parler de leur fils, et du temps qui passe... Annabelle, elle, se débat avec un chagrin d'amour trop collant, et se confie -un peu trop parfois- à son frère. De son côté, Harry entretient une correspondance avec un rabbin, Moshe, qui lui reproche sa nouvelle activité.

 

Parfois, il suffit d'un billet -ou deux- pour avoir envie de (re)découvrir un auteur déjà lu. Bien plus qu'une histoire de lettres échangées, c'est l'histoire d'une famille, d'un pays, d'une religion, vu à travers les yeux de cette famille éclatée, mais dont les différentes missives servent de liens à une histoire commune. Ce livre m'a émue. C'est  une lecture forte.

 

Et puis, comme le dit si bien Cécile, ce livre est avant tout "une ode à l'amour" car chaque relation épistolaire n'est qu'une façon d'exprimer son amour, maladroitement parfois, (Monique/Annabelle), touchante (David/Harry)  ou humoristique/sarcastique  (Harry/Mosche). Alors, lisez ce livre, et n'oubliez pas de dire à qui vous voudrez, que vous (l') (les) aimez....  

 

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 13:00

9782020977760FS

 

Lecture commune avec Hilde

 

L'histoire : L'histoire de la famille Mendelson qui doit fuir Odessa, alors que l'Histoire se met en marche en programmant des exactions contre les familles juives. Faits historiques à l'appui, voici ldans ce premier tome, l'histoire très détaillée (trop?) d'Isaac et Batsheva Mendelson et de leurs enfants de 1869 à 1929.

 

Une lecture passionnante, avec un petit reproche toutefois, trop de détails  historiques qui peuvent nous faire perdre le fil de l'histoire de cette famille. Cependant, l'écriture de Fabrice Colin est toujours agréable, et c'est avec intérêt que j'ai suivi cette famille, déchirée et traquée, d'Odessa à Los Angeles... De l'Histoire qui les poursuit à leurs problèmes familiaux qui vont se réveler de plus en plus important au fil du temps... Le récit oscillant entre faits historiques, interview de Lea, fille fragile semble-t-il, de ce couple ayant passé beaucoup d'épreuves, est très troublant, et je comprends que l'on puisse penser durant toute la lecture que cette fiction n'en soit pas une ! car les photos, les documents, le journal intime de David, font que le lecteur ne peut que se plonger dans l'histoire de cette famille avec intérêt, et penser que tout ceci est un parcours véridique. Je lirai donc la suite des aventures de la famille Mendelson, car la fin de ce premier tome nous laisse à un moment charnière, où le destin de certains membres de la famille bascule à nouveau, et où des choix vont s'imposer, une fois de plus.

 

Allons maintenant lire l'avis d'Hilde ...

Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:00

  WOMEN BD 2

 

Premier billet pour inaugurer le challenge Women BD lancé par Theoma ici.

 

9782756023502

 

 

Eh bien...on peut dire que tout est dans le titre car effectivement, cette Gloria va à l'essentiel ! Une planche = un mot et quelques dessins où l'auteure nous présente le quotidien de  Gloria, quarante printemps, mère d'un ado surnommé affectueusement Doudou.  Gloria m'a fait rire... mais pas tout le temps...  Alors, même si le petit plus n'était pas présent... le contrat a été rempli,  puisque l'histoire écrite et dessinée par l'auteure m'a permis de me distraire  le temps de quelques pages...

 

 

Le blog de Marianne Maury Kaufmann

Repost 0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 07:15

  411AWBzvlRL._SS500_.jpg

 

 

L'histoire : Alissa Torres est enceinte de sept mois lorsqu'elle perd son mari dans les attentats du World Trade Center. A travers son parcours de veuve du 11 septembre 2001, elle  raconte son combat pour trouver la force de se reconstruire après un tel drame, parcours semé d'embûches, car tous les gens rencontrés sur son chemin de reconstruction ne sont pas forcément là pour l'aider...

 

J'ai déjà lu quelques livres évoquant ce  terrible attentat, mais c'est la première fois que je découvre une histoire "vécue" racontant ce 11 septembre 2001, et j'avoue que c'est avec beaucoup d'émotion que j'ai parcouru cette bande dessinée, dont les dessins flashbacks, par moment, raconte une histoire qui se devait d'être simple, celle d'une jeune femme rencontrant un homme, avec lequel elle allait pouvoir faire sa vie et mettre des projets en route...Avec l'enfer vécu par cette femme (l'espoir de retrouver son mari vivant, le doute, puis la réalité brutale) on est replongé violemment dans cette journée du 11 septembre 2001, qui ne se souvient pas où il ou elle était, en ce maudit jour où New-York est devenu le centre d'intérêt mondial en quelques minutes, et j'ai terminé ma lecture avec beaucoup de difficulté, car lorsque le visage de Luis Torres arrive en fin de livre, la phrase de Joëlle (ici)  "c'est un album qui remue les tripes" a pris tout son sens...

 

 

Clarabel en parle ici et Ori

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:00

51KVD7-6SNL._SS400_.jpg

 

L'histoire : " Les choses ne sont pas toujours ce que l'on croit, ni celles qu'on aimerait qu'elles soient"...

   

Depuis quelques temps la bande dessinée s'invite sur ma LAL, la faute au cub de lecture auquel je  participe, ainsi qu'à Joëlle, qui est une vraie bdvore. Aussi, quand quelques titres alléchants me tentent, et qu'ils sont disponibles à la médiathèque, je craque, pourtant, ce genre de lecture, ne m'avait jamais attirée jusqu'à maintenant. 

 

Ces cinq histoires sont très courtes, elles sont croquées par des auteurs qui donnent une chute déstabilisante à la scène de vie qui se déroule sous nos yeux. Un homme suit une femme ?, un vieux monsieur accompagnant un petit garçon ?, un chat que sa maîtresse ignore bien qu'il joue avec  elle ?...  vous pensez connaître déjà la suite ?  la chute ? et bien,  les auteurs vont vous montrer leur version, une vision opposée à la vôtre, peut-être...


Comme le dit Joëlle  ici, je pense également qu'il y avait matière à "croquer" d'autres histoires.

 

Le site de Loïc Dauvillier

 

 

Le blog de Clotka

Repost 0