Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ma-librairie-virtuelle
  • ma-librairie-virtuelle
  • : parler de vos lectures, de mes lectures....
  • Contact

Rechercher

Archives

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 19:30

 

  Un-avion-sans-elle---M.-Bussi.jpg

 

 

L'histoire : Un crash d'avion : un bébé rescapé... La folie médiathique, et deux familles qui se déchirent pour prouver leur lien avec le nourrisson : Lyse-Rose ou Emilie, Emilie ou Lyse-Rose... 18 ans plus tard, la vérité doit enfin éclater pour éclairer l'avenir de deux des protagonistes.

 

Tout au long de ma lecture, j'ai cru savoir qui était cette jeune fille de 18 ans décrite au tout début du livre. Pourtant, c'est une histoire beaucoup plus complexe qui prend forme, chapitre après chapitre, elle nous entraîne dans l'intimité de deux familles déchirées, qui ne souhaitent -en apparence- qu'une chose : retrouver ce qui leur reste  de leurs enfants disparus. Même si, j'ai deviné -au trois quart du livre-  l'identité de "Libellule",  ce livre  malgré quelques longueurs, m'a fait passer un bon moment de lecture (le personnage si charismatique répondant au nom de Crédule Grand-Duc donnant, bien évidemment, envie de continuer sa lecture pour voir qui se cache derrière ce nom si intriguant...).

 

 

  Merci aux Editions Presses de la Cité

 

  © ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012 

Repost 0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 10:30

Les-arbres-ne-montent-pas-jusqu-au-ciel---M.-Rubinstein.jpg

 

L'histoire : Yaël a été trahie et quittée par son mari. Elle s'accroche à ce qu'elle peut, elle évite la noyade... La reconstruction prendra du temps, mais elle y arrivera ; pour son petit garçon, pour elle, parce qu'en se plongeant dans son travail, dans la lecture de ses auteurs préférés... et en consignant toutes ses épreuves dans un journal, le désir sous toutes ses formes va renaître.

 

Si vous avez lu ceci, vous aimerez sûrement retrouver Yaël. Nous l'avions quittée enceinte de son compagnon Yann, avec la promesse d'un bonheur à venir. Mais voilà, la passion retombée, la routine installée, celui-ci a préféré fuir vers un ailleurs (vraiment ?) plus prometteur... Anéantie, Yaël va sombrer tout d'abord, et comment ne pas la comprendre lorsque la chute ne peut sembler inévitable. Puis, un manuscrit va prendre forme... Elle va égrener les saisons, à chacune correspondra un pas en avant dans sa vie, un questionnement, une envie, un soutien à une amie qui traverse la plus cruelle des épreuves ; de tout cela, il en sortira une évidence, celle de reconstruire, à son rytme, son chemin, face aux épreuves que la vie vous impose. Enfin, je vous conseille vivement de vous arrêter sur la description que l'auteure fait d'un diaporama sur la fourmi heureuse au travail  (p. 130-132)...

 

Extrait :

"Trouverai-je un jour le moyen de concilier mon métier (l'économie) et ce qui n'est pas un hobby, qui m'empêche de sombrer et que je désire par-dessus tout (la littérature) ? Saurai-je tricoter, en mailles larges et souples, un ouvrage où tout se tient , une tulipe noire où les fils se mélangent avec harronie pour en restituer la beauté ténébreuse."

 

 

  © ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

Repost 0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 10:30

La-fille-de-papier---G.-Musso.jpg

 

L'histoire : Alors que tout le monde attend le troisième tome de sa saga à succès, l'écrivain populaire Tom Boyd est en panne d'inspiration... Jusqu'au jour où l'une de ses héroïnes, atterrit sur sa terrasse, totalement  nue...

 

A ce jour, je n'avais lu qu'un titre de cet auteur : "Et après", un roman qui m'avait marquée, à l'époque, puisque j'en étais ressortie assez secouée. Je m'attendais donc au même ressenti avec cette nouvelle lecture, ce ne fut pas le cas, car les deux histoires sont totalement différentes par les thèmes évoqués, et c'est pour cela -il me semble- que j'ai apprécié ma lecture. Ici, nous avons un écrivain populaire qui se trouve en panne d'inspiration, à la suite d'une rupture sentimentale. Tombant dans un gouffre dont il peine à sortir, et ce, malgré la présence de ses deux meilleurs amis, Tom Boyd voit apparaître un jour Billie, l'une de ses héroïnes, sur sa terrasse, en plein milieu de la nuit... Après quelques joutes verbales, des péripéties, ces deux-là vont donc conclure un pacte... car la vie de Billie est en jeu, si l'auteur ne continue pas à écrire l'histoire de celle-ci ! Et nous, lectrices, nous nous  doutons de la suite, parce qu'après tout : Pourquoi un écrivain ne tomberait-il pas amoureux de son héroïne ? les lectrices, elles, ayant bien souvent des coups de coeur pour les héros de papier -imaginez, Mesdames, si Mr Darcy débarquait sur votre terrasse, en plein milieu de la nuit...- La chute de cette histoire est bien trouvée, personnellement, je ne m'y attendais pas. Cependant, cette histoire ne se réduit pas à l'écriture d'un livre pour sauver une vie ; puisqu'il en sauve plusieurs, à sa manière... Pour résumé : j'ai apprécié cette lecture car elle était diverstissante !

 

 

Lovers-in-blue-M.-Chagall.jpg

Lovers in blue - Marc Chagall-

 

 

  © ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

Repost 0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 14:15

  Et-te-voici-permise-a-tout-homme-E-Abecassis.jpg

 

Voilà une auteure dont je ne connaissais pas encore la plume... Pourtant, un de ses premiers romans : Quiram, trône dans ma bibliothèque depuis des années, oui, vous avez bien lu : des années. 

 

L'histoire : Anna est divorcée de Simon, le beau Simon... Divorcée civilement, mais pas religieusement, or, pour qu'elle puisse poursuivre son chemin de femme, selon la religion juive,  celui-ci doit lui accorder le guet, un papier symbolique qui la libérera, et fera d'elle une femme à nouveau libre d'aimer.  Mais Simon exerce un chantage, et refuse, d'autant plus lorsqu'il comprend qu'Anna renaît à la vie grâce au séduisant Sacha...

 

Une histoire bouleversante que celle d'Anna, avec laquelle l'auteure évoque sûrement le sort de nombreuses femmes. Bien plus qu'une histoire de divorce, ou de nouvel amour, ce livre décrit tous les tiraillements par lesquels Anna passe, à partir du moment où Sacha débarque dans sa vie. Comment lutter contre une attirance réciproque, en se mettant en marge d'une société qui va la juger, et l'empêcher de vivre son nouvel amour. Grâce à une écriture simple, et explicative, Eliette Abécassis nous emmène avec son héroïne, à la rencontre des us et coutumes d'une vie religieuse choisie. Alors, pas de jugement (sauf pour certains personnages, comme pour celui de la belle-soeur qui joue un double-jeu...) reste la rencontre d'Anna et Sacha, pour laquelle la lectrice, ou le lecteur, espérera le meilleur,  jusqu'à la fin.  

 

Extrait :

 

..."- Et si je venais à rencontrer quelqu'un que j'aime, avec qui je voudrais me marier ?

demandai-je.

- Tu ne pourrais pas l'épouser.

- Mais c'est injuste !

- J'ai bien dit l'épouser, ajouta-t-il avec un sourire malicieux. Je n'ai pas dit l'aimer."...

 

Extrait :

 

..."Puis je m'endormis paisiblement dans ses bras, comme si je n'avais cessé de le faire depuis des années et que je me reposais d'un très long voyage."

 

 

  © ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

 

Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 19:07

 

Si-c-etait-a-refaire-MLevy.jpg

 

 

L'histoire : 9 juillet 2012, alors qu'il est marié depuis quelques jours, Andrew Stilman est agressé. Il s'effondre... et reprend connaissance le 9 mai 2012. Deux mois avant son mariage. Il doit désormais mener sa propre enquête, pour savoir qui lui en voulait, au point de le tuer.

 

J'avais beaucoup aimé "Et si c'était vrai...", apprécié "Vous revoir". L'histoire de "Si cétait à refaire" m'ayant interpellée, dès que j'ai pris connaissance du résumé, je me suis laissée tenter par ce nouveau roman de Marc Levy. Je n'aurais pas dû. Pourquoi ?  Tout d'abord, parce que les différents thèmes abordés dans cette histoire : je les ai déjà lus, dans d'autres livres, avec des histoires qui ont su m'emporter... Dans celle-ci, j'ai trouvé  les 100 premières pages un peu trop lentes à mon goût, avec cette impression d'être dans les "starting-block", et d'attendre le coup d'envoi, un peu trop longtemps... Puis, lorsque le ressort est enfin là, c'est la violence -très détaillée- d'une scène de torture, qui a été gênante pour la suite de ma lecture... Ensuite, les personnages : étonnament, au départ de l'histoire, je n'ai pas eu beaucoup d'empathie pour Andrew ; à un moment, il m'a même énervée... L'inspecteur, lui, était sympathique, mais je ne peux en dire plus sur ce personnage, sinon je dévoilerais une surprise... Quant à la fin, elle est, pour moi, décevante... Annoncerait-elle une suite ? dans ce cas, il aurait fallu le préciser. Je suis donc déçue, car s'il est une chose que je n'oublie pas, c'est que parmi les livres que j'ai eu plaisir à découvrir il y a quelques années, "Si c'était vrai..." était de ceux-là. Lorsqu'un livre nous laisse, des années après, un bon souvenir de lecture, peut-être, sommes-nous, alors, encore plus exigeant avec l'auteur...

 

Sans rancune, Monsieur Levy, je suis sûrement passée à d'autres envies littéraires, et c'est pour cela que votre roman et moi, nous ne nous sommes pas "rencontrés", dommage.

 

Je remercie Stéphanie, ainsi que les Editions Robert Laffont pour l'envoi.

 

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

 

 

Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 07:00

Un-secret-de-famille-JCastarede.jpg

 

 

 

L'histoire (4ème de couverture) : A la fin des années 1930, qualifiées "d'années folles", la France et la Gascogne, petite patrie du narrateur de ce roman, n'avaient pas pris conscience qu'elles dansaient sur un volcan, à la veille d'un des plus grands bouleversements de l'histoire de notre pays. Après l'entrée en guerre avec l'Allemagne que l'on appela, au nom de cette même légereté, la "drôle de guerre", avant qu'elle ne devienne tragique, avec la signature de l'armistice de Pétain, les événements empirèrent : occupation, privations, humiliations, tensions entre collaborationnistes et premiers résistants ; quatre ans de souffrances décrites par le narrateur, dont le père se sacrifie, ainsi que sa famille, pour rejoindre en Russie une escadrille d'aviation du régiment français "Normandie-Niemen"...

 

Au bout de quelques pages, j'ai abandonné ma lecture, le style de l'auteur ne me convenant pas du tout... C'est dommage... Mais la blogosphère est assez éclectique, pour que ce livre trouve un meilleur accueil, et un enthousiasme littéraire sur un autre blog ! Aussi, si vous souhaitez le découvrir, n'hésitez pas, je veux bien en faire un livre voyageur.


      Merci à Eric et aux Editions France-Empire pour l'envoi.

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 13:30

Demain-j-arrete---Legardinier.jpg

 

 

L'histoire : Julie Tournelle n'est pas stupide, loin de là... Mais faire des choses stupides : elle sait faire. Une preuve ?  Depuis l'arrivée de son nouveau voisin, elle tente, par tous les moyens, d'en savoir un peu plus sur cet homme mystérieux qu'elle n'a jamais vu... Première idée : regarder dans la boîte aux lettres du-dit voisin... 

 

Julie est drôle, émouvante dans sa quête de vouloir maîtriser sa vie et ses sentiments. Lorsqu'elle raconte ses déboires, ses idées saugrenues qui lui viennent en tête, c'est une comédie délicieuse, et divertissante, qui se déroule sous nos yeux. Des péripéties que l'on a plaisir à suivre  -la sortie de la XAV-1 est un moment très drôle ! Une héroïne qui nous ressemble, oui, honnêtement, par moment, ses crises de paranoïas (ou d'euphories) m'ont fait mourir de rire... J'ai beaucoup apprécié la lecture des déboires de cette jeune femme dans l'air du temps, qui finalement, n'aspire qu'à trouver son bout de "paradis" en bonne compagnie  (enfin... la compagnie se prénommant Ric, évidemment ;-). Ce livre, c'est un bonbon frais et pétillant, avec des personnages de la vie de tous les jours, la vie d'un quartier dans lequel on aimerait s'arrêter pour aller acheter son croissant chez Madame Bergerot, dire bonjour à Mohammed l'épicier, ainsi qu'à Mr Ping, le traiteur chinois. Au final, un excellent moment de lecture, où l'auteur, dans un exercice de "Chick-Lit" totalement réussi, nous dépeint des personnages, un quartier, une ville, avec beaucoup de lucidité, et de tendresse.

 

Sophie en parle ici


  © ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 19:11

Les-vestiges-de-l-aube.jpg

 

L'histoire : Barry Donovan est flic à New-York, c'est un homme dévasté par le chagrin. Werner Von Lowinsky, lui, est un homme dont la conversation semble venir d'un autre siècle. Ils se retrouvent régulièrement pour dialoguer par internet, durant ces échanges, Werner devine le chaos intérieur de son ami... 

 

En ce début d'année, je me suis attaquée à ma PAL malouine de l'an passé. C'est donc avec Les Vestiges de l'Aube que démarre ma nouvelle année littéraire.

Ce fut un bon moment de lecture, mais, car il y a un "mais", pourquoi ne pas avoir indiqué qu'il s'agissait du premier tome d'une série ?...  Cela nous laisse un petit goût d'inachevé lorsque la dernière page arrive. Malgré ce bémol, j'ai apprécié ma lecture, car l'histoire est originale pour la manière dont le vampire y est traité, ainsi que pour la relation amicale qui s'installe progressivement entre le désespéré Barry, et l'élégant Werner. L'enquête policière, elle, est plaisante à suivre, même si quelque fois, on se demande si Werner est vraiment là pour aider Barrry ! Ce livre est déjà sorti dans une autre édition, pour celles et ceux qui ont lu les deux versions, quelles sont les différences ? Sont-elles nécessaires ? 

 

 

Joelle vous en parle ici

 

© ma-librairie-virtuelle.over-blog.com 2012

Repost 0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 07:00

9782757821701.jpg

 

 

 

 

L'histoire : Emmanuelle, maman, épouse et salariée à plein temps s'échappe le temps d'une journée après s'être laissée emporter dans une lecture...

 

Qui n'y a pas pensé ? un jour, s'échapper de son quotidien... pour poursuivre la lecture d'un livre qui nous accroche, qui nous laisse avec des mots, des sons, une histoire dont on voudrait connaître la suite, là maintenant, et pas dans quelques heures lorsque notre emploi du temps nous le permettra. Cette histoire vous parlera, vous vous reconnaitrez en Emmanuelle, avide de poursuivre sa découverte littéraire,  ou en Lila, héroïne du roman, mais ce livre c'est aussi plus que vouloir savoir, c'est le parcours de ces trois femmes  -oui, Heloïse, est loin d'être un personnage secondaire- avec l'histoire de chacune, l'Histoire qui s'en mêle, des vies qui se croisent. Quant à la fin, je ne vous dit rien, mais elle vous retournera...

 

Ce livre -malgré quelques petites longueurs-  vous emportera dans un tourbillon de vies qui ne demande qu'à éclore après avoir cherché, car les réponses souvent viennent automatiquement, après l'ignorance qui protège et les affres de la souffrance. Un joli petit roman, à lire, accompagné de soleil qui brille et d'une brise légère...

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 07:00

9782350871608FS

Emoticons-plus.com - 5116

 

Merci à BOB et aux Editions Heloise D'ormesson

 

 

L'histoire : Rose Bazelet : épouse exemplaire, mère déchirée, veuve inconsolable. Dans les lettres qu'elle adresse à son défunt mari, l'histoire de son combat pour sauver la maison familiale des travaux ordonnés par le Baron Hausmann, pour construire le nouveau Paris, mais aussi sa confession sur un secret qu'elle cacha pendant des années...  

 

Plongez-vous dans ce livre qui est un véritable cri d'amour de la part de Rose, ce personnage bouleversant de sincérité dans ses convictions, dans sa douleur de femme et de mère, dans l'amour qu'elle porte à son mari  au -delà de la séparation physique, mais aussi dans l'amour qu'elle a pour sa ville en cours de destruction et de transformation, pour son quartier disloqué, pour cette maison dont le poids des souvenirs hantent chaque pièce. Le charme des lettres et des tournures de phrases vous emportent tout au long de ce roman, le mutisme de Rose qui durera des années, puis sa colère et sa douleur qui éclatent au fur et à mesure de la lecture. Ses nouveaux centres d'intérêts qui l'amènent vers ceux de son défunt mari, sont autant de découvertes.   Après avoir été émue par ma lecture d'Elle s'appelait Sarah, j'avais envie de lire un autre livre de cette auteure, et grâce à BOB, mon voeu a été exaucé, car j'avais été attirée tout de suite par la présentation de ce roman. Madame de Rosnay a un don, celui de nous transporter dans un contexte historique qu'elle maîtrise parfaitement, car comme ici, je n'ai pas eu de mal à me plonger dans ce Paris en destruction, et à m'attacher à Rose, personnage central, pilier de ce quartier voué à la destruction pour la modernisation d'une ville... Mais aussi à Alexandrine, à Germaine et tous ces personnages secondaires, sans l'être, loin de là, dans la vie de Rose. Une lecture au charme désuet, bouleversante et poignante. 

 

Le blog de Tatiana de Rosnay

Repost 0